AccueilAccueil  Portail*Portail*  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  FAQFAQ  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les accouplements chez le mandarin

Aller en bas 
AuteurMessage
bernard
super 500 sujet un grand bravo
super 500 sujet un grand bravo
avatar

Masculin Nombre de messages : 516
Date de naissance : 26/10/1948
Age : 70
Localisation : fina
Loisirs : les oiseaux
Date d'inscription : 12/12/2005

MessageSujet: Les accouplements chez le mandarin   Octobre 1st 2009, 00:30

Les accouplements chez le diamant mandarin


L’objectif de cet article est de vous aider dans le choix de vos futurs reproducteurs et donc de vous renseigner sur l’oiseau à acheter.
Je vous donnerai donc les accouplements qui me paraissent les meilleurs pour l’obtention de sujets de concours dans les différentes mutations.


5 remarques importantes :
1) dans certaines mutations (exemple de la poitrine noire) ou combinaisons de mutations (poitrine orange poitrine noire), les oiseaux exposés doivent être mutants (facteur pur). Par contre, pour les classiques, il est possible de présenter en concours des mandarins hétérozygotes (porteur). Cette règle vaut si le facteur porteur est non visible, c’est évident.
2) L’éleveur devra différencier un oiseau d’élevage d’un sujet de concours. Une femelle grise avec un important rejet de poitrine sera intéressante pour l’accouplement avec un mâle gris dont le principal défaut est un dessin de poitrine insuffisant.
3) On peut former un couple reproducteur avec 2 oiseaux d’élevage
4) L’éleveur doit créer une souche de mandarins, avec un type le meilleur possible, des dessins bien marqués, une taille acceptable (le standard préconise 11,5 cm), et surtout une bonne qualité de plume. Beaucoup de sujets schimmel, de grande taille, ont un plumage long : c’est un défaut important selon moi. Ce problème sera étudié avec la mutation blanche, mais il intéresse aussi les autres mutations et combinaisons.
5) La création d’une souche nécessite que l’éleveur se donne les moyens pour atteindre son objectif. En mutation dominante et récessive liée au sexe, on peut envisager un travail avec 5 ou 6 couples. Pour la mutation récessive libre, il faut compter de 6 à 8 couples. En concours, les mâles et les femelles ont des classes distinctes aussi bien en individuel qu’en stam, voir en couple. Il y a donc possibilité pour l’éleveur de jouer dans un nombre de classes non négligeable et d’espérer remporter plusieurs champions.


Gris (couleur nominale)
C’est une des deux couleurs de base. Elle est indispensable dans un élevage si on veut travailler les mutations dans la série grise. Il faut en effet créer les fameux porteurs si utiles dans la constitution des accouplements.
Le standard demande un dos très gris (sans rejet de brun) et un ventre le plus blanc possible (uniquement chez le mâle).
Eleveur de mandarin depuis plus de 30 ans, j’ai très longtemps cru que le gris à ventre blanc était un oiseau porteur de mutation (notamment de dos pale gris, voir de poitrine blanche). Je me suis trompé lorsque j’ai découvert il y a quelques années des gris à ventre blanc homozygote (non porteur).

Pour fabriquer le gris d’exposition, plusieurs accouplements sont possibles :
a) mâle gris (ventre le plus blanc possible) x femelle grise (ventre crèmeux) : 100% gris
Il faut créer un couple avec 2 oiseaux se rapprochant le plus du standard
b) mâle gris x femelle dos pale gris : 50% mâles gris / dos pâle gris et 50% femelles grises.
Ce croisement permet d’obtenir des mâles avec un phénotype gris à ventre blanc. Seul problème, les rémiges qui peuvent posséder un rejet blanc à l’extrémité de la plume.
c) mâle gris poitrine blanche x femelle grise (ou mâle gris x femelle grise poitrine blanche) : 100% gris / poitrine blanche.
Le mâle gris / poitrine blanche est correct pour l’exposition si le trait de larme n’est pas trop fin, par contre le ventre est blanc (préconisé par le standard). Ce croisement permet d’obtenir des femelles grise / poitrine blanche avec un ventre blanc (fautive pour les concours).


Brun (hérédité récessive lié au sexe)
L’autre couleur de base car elle permet de créer tous les oiseaux dans la série brune. Elle est indispensable dans un élevage si on veut travailler les mutations dans la série brune. Il faut en effet créer les porteurs qui serviront dans la constitution des accouplements.
Le standard préconise un brun le plus chaud possible.
Cette mutation est mal représentée aujourd’hui en France. Beaucoup d’oiseaux (parfois de grande taille) sont fautifs quant à la couleur et les meilleurs sujets rencontrés sont souvent les plus courts (à méditer selon moi). Si vous avez l’occasion d’acquérir un mandarin brun bon en type et couleur mais un peu court en taille, il ne faut pas hésiter à introduire cet oiseau dans votre souche.
Reste bien sûr les éleveurs hollandais avec des séries brunes (en mâles et femelles) en nombre très important lors de leur championnat technique. Ces spécialistes et passionnés, car il faut les appeler ainsi, présentent des mandarins bruns exceptionnels, de très loin les meilleurs du monde. Celui qui n’a jamais visité ce championnat ne peut pas comprendre. En moyenne, 150 mâles bruns en individuels et autant en femelles. La solution, la spécialisation, c'est-à-dire, on travaille avec une vingtaine de couples pour une bonne centaine de jeunes voir plus. La sélection étant très sévère (type, dessins et surtout couleur), vu le nombre de jeunes, il est ensuite plus facile de créer l’oiseau le plus proche du standard.
Pour fabriquer des bruns d’exposition, l’accouplement classique brun x brun est recommandé. Certains éleveurs travaillent avec des bruns / poitrine orange (issus de l’accouplement brun poitrine orange x brun). Ils croisent ensuite brun / poitrine orange x brun. Cependant certains jeunes peuvent avoir des rejets orangés dans les rémiges.

Remarque importante pour les couleurs de base (gris et brun) : Trop d’éleveurs essaient de travailler des mutations ou des combinaisons sans posséder les couleurs classiques. Ne pouvant fabriquer les porteurs (oiseau mutant x classique), ces éleveurs se trouvent très vite confrontés à un sérieux problème : où trouver l’oiseau qui sera accouplé avec le mutant (cas de l’hérédité récessive libre). Faute d’oiseau, la qualité de l’élevage diminue très rapidement pour disparaître le plus souvent. Il faut donc posséder dans son élevage des classiques (en gris ou en brun). Ces oiseaux ne seront pas des oiseaux de concours mais des oiseaux d’élevage (pour faire des gris / poitrine noire, il faut utiliser un mâle gris à ventre crémeux accoupler avec une femelle grise poitrine noire)


Dos pâle gris (hérédité récessive lié au sexe)
Le standard préconise une tête de couleur gris cendrée et un dos gris perlé. Il faut donc un contraste très net entre ces 2 parties du corps.
Quels sont les accouplements pour obtenir de bons dos pâle gris de concours ?
a) mâle dos pâle gris x femelle dos pâle gris : 100% dos pâle gris
Le mâle reproducteur doit être excellent quant au contraste tête-dos, la femelle sera également très bonne en couleur.
b) mâle dos pale gris (homozygote donc à dos foncé) x femelle masqué ancien type (avec une tête très chargée en eumélanine) : 50% mâle dos pale gris / masqué ancien type et 50% femelle dos pale grise.
Selon moi, c’est l’accouplement idéal pour créer le mâle dos pale gris de concours. Ce mandarin est donc porteur (mais non visible). La femelle masqué ancien type amène chez les jeunes mâles une coloration de tête très foncée et dilue le dos (perlé).
Cet oiseau de concours ne pourra plus être utilisé dans la lignée des dos pale gris : on se trouve alors au stade final de l’oiseau d’exposition. Par contre, on peut très bien se servir de ce mâle dos pale gris / masqué ancien type en l’accouplant avec une bonne femelle grise : le but est d’obtenir des femelles masqué ancien type pour l’élevage de notre lignée de dos pale gris.
c) mâle dos pale gris (homozygote) x femelle masqué grise (nouveau type) : ce croisement est intéressant pour diluer la couleur du dos. Le principal problème est l’absence de contraste entre la tête et le dos. Certains éleveurs travaillent néanmoins dans cette voie (pas la meilleure selon moi).

Remarque : les accouplements a et b seront préconisés avec une préférence pour le b. Le plus difficile étant de trouver de bonnes femelles masqués ancien type.


Dos pâle brun (hérédité récessive lié au sexe)
a) mâle dos pâle brun x femelle dos pâle brun : 100% dos pâle brun
Les 2 adultes doivent être de beaux oiseaux dans la mutation. La couleur du dos sera brun dilué lumineux. Le contraste du dos avec la tête est en général moins marqué que chez le dos pale gris. Il doit néanmoins exister.
b) mâle dos pâle brun x femelle brune : 50% mâle brun / dos pâle brun, 50% femelle dos pâle brun.
Cet accouplement est intéressant pour créer le mâle porteur (qui sera utilisé l’année suivante) et pour obtenir de bonnes femelles dos pale brun de concours.
puis la 2ème année : mâle brun / dos pâle brun x femelle dos pâle brun pour obtenir des jeunes mâles et femelles dos pâle brun

Remarque : certains éleveurs utilisent le masqué brun pour le travail du dos pâle brun. Le masqué brun éclaircit la couleur des joues et des flancs chez les jeunes mâles dos pâles brun. Selon moi, c’est un accouplement à éviter.


Masqué gris, ancien masqué nouveau type (hérédité récessive lié au sexe)
C’est une mutation très élevée aux Pays-Bas. Certains en ont fait leur spécialité.
En France, beaucoup de masqués gris sont fautifs quant à la couleur des dessins (joues et flancs trop clairs, dessin de larme et carreaux de queue pas assez noir).
L’éleveur cherchera à créer un dessin le plus noir possible et une coloration de joue et de flanc la plus intense.
a) mâle masqué gris x femelle masqué gris : 100 % masqué gris
Il faut travailler avec des oiseaux les plus proches du standard.
b) mâle masqué gris x femelle grise : 50% mâle gris / masqué gris, 50% femelle masqué gris
puis la 2ème année : mâle gris / masqué gris x femelle masqué gris pour obtenir des jeunes masqué gris (mâles et femelles).
Un problème demeure cependant : le dos des masqués gris sera marqué d’un voile grisâtre. Cette couleur est fautive selon moi (le standard OMJ préconise un dos blanc crémeux)
c) Un ami hollandais m’a donné sa méthode il y a une dizaine d’année : le masqué gris d’exposition se prépare sur 2 ans avec la mutation brun.
1ère année : mâle masqué gris x femelle brune : 50% mâles gris / masqué gris / brun, 50% femelles masqué gris (sujet d’exposition)
Cette femelle masqué gris est excellente pour les concours mais n’est pas un oiseau d’élevage. Il ne faut surtout pas l’utiliser pour le travail du masqué gris. On différencie donc sujet d’exposition et sujet d’élevage.
Le jeune mâle double porteur sera très utile l’année suivante
2ème année : mâle gris / masqué gris / brun x femelle masqué gris (issue d’un croisement masqué gris x masqué gris)
Cet accouplement vous permet d’obtenir des mâles masqué gris pour les concours. Les sujets recherchés seront peu nombreux mais quelle qualité pour les dessins des joues et des flancs !


Masqué brun (hérédité récessive lié au sexe)
Cette mutation est surtout élevée aux Pays-Bas et en Belgique.
Les meilleurs oiseaux sont très souvent des femelles. Le mâle masqué brun de concours est un oiseau très difficile à obtenir. Selon moi, le juge doit tenir compte de cette difficulté pour noter et classer l’oiseau.
a) mâle masqué brun x femelle masqué brun : 100% masqué brun.
Cet accouplement est difficile à réaliser car il faut posséder un mâle masqué brun excellent en couleur.
b) mâle masqué brun x femelle brune : 50% mâle brun / masqué brun, 50% femelle masqué brun.
C’est l’accouplement pour créer la femelle masqué brun de concours.
puis la 2ème année : mâle brun / masqué brun x femelle masqué brun pour obtenir des jeunes mâles et femelles masqué brun.


Pastel gris (hérédité dominante)
Une mutation très belle mais que de difficultés pour obtenir de beaux sujets d’exposition.
On rencontre beaucoup de sujets intermédiaires en concours. Un pastel gris ne doit pas avoir le ventre blanc (car porteur de dos pale gris).
Chez l’oiseau de concours, la dilution des couleurs doit être d’environ 50%.
a) mâle pastel gris x femelle grise (ou mâle gris x femelle pastel gris) : 50% pastel gris (mâle et femelle), 50% gris (mâle et femelle)
La femelle grise (ou le mâle gris) adulte sera un oiseau issu de la souche de pastel (pastel gris x gris)
Les jeunes gris seront utilisés dans les futurs accouplements avec les pastels gris.
b) mâle dos pale gris x femelle pastel brun : mâle pastel gris / dos pâle gris / brun.
Cet accouplement permet d’obtenir dès la 1ère année des jeunes mâles pastel gris pour les concours. Il faut que l’oiseau ne présente pas de reflets bruns sur le dos. Attention également à la coloration du ventre.
C’est un juge éleveur belge et ami qui m’a donné ce croisement. Chaque fois que j’ai décidé de travailler le pastel gris de concours, j’ai utilisé cet accouplement et je n’ai pas été déçu des résultats en exposition.


Pastel brun (hérédité dominante)
Egalement une mutation très belle mais très peu d’oiseaux de bonne qualité dans les expositions (beaucoup de sujets avec un dos trop marbré).
Chez l’oiseau de concours, la dilution des couleurs doit être d’environ 50%.
a) mâle pastel brun x femelle brune (ou mâle brun x femelle pastel brun) : 50% pastel brun (mâle et femelle), 50% brun (mâle et femelle)
La femelle brune (ou le mâle brun) adulte sera un oiseau issu de la souche de pastel (pastel brun x brun)
Les jeunes bruns seront utilisés dans les futurs accouplements avec les pastels bruns.


Conclusion
Avant d’acheter, je vous conseille de bien observer le type de l’oiseau. Je parle d’un mandarin aux formes harmonieuses, avec une tête bien ronde et un bec court.
Si vous visitez un élevage, vous devez observer le niveau général des oiseaux. La très grande majorité des mandarins doit être bien typée. Si ce n’est pas le cas, attention car l’oiseau acheté risque de posséder plusieurs défauts visibles ou non.
Si vous achetez durant une exposition, portez votre attention sur les mandarins mis en concours par l’éleveur. L’ensemble des oiseaux présentés doit avoir un type harmonieux. Dans le cas contraire, il ne faut pas insister.
Un très bon sujet doit être accouplé avec un oiseau de qualité. Si vous voulez absolument créer un couple, il ne faut pas utiliser un partenaire avec un défaut majeur, vous ne pouvez pas obtenir de jeunes valables aussi bien pour l’exposition que pour l’élevage.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les accouplements chez le mandarin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le nourrissage chez la dionée
» Bougainvillier sur tige chez Loblaws
» Pendaison de crémaillère chez Julie.
» mon zoo chez moi !!!
» Lonicera 'Mandarin' Qu'en pensez-vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE C.O.BRAY :: les oiseaux exotique-
Sauter vers: